You are here

English | Français


Africa is at a crossroads. Its economies are growing, but most of the continent’s 54 countries are still on the verge of economic and urban transformation. This gives Africa enormous potential to overcome the example set by other continents and develop in a more sustainable manner.

Despite improvements in quality of life over the past two decades, almost 60 percent of sub-Saharan Africans still experience deprivations in human development ranging from malnutrition to lack of electricity to limited education opportunities. At the same time, the continent faces unprecedented challenges. Climate change impacts such as more frequent floods and droughts are threatening years of hard-won development progress. As more people flock to cities, they are ballooning in a rapid, unplanned manner, often relying on fossil fuels to keep pace. And the ecosystems that more than 70 percent of rural Africans rely on for their livelihoods are threatened like never before.

With Africa’s population expected to double to approximately 2.5 billion by 2050, sustaining economic growth is essential. But for this to be possible, a lot needs to change.

Currently, many African countries are poorly equipped to manage the multitude of transitions that will accompany their growth.

How we work

Working with, for and in Africa has been an important part of WRI’s history, beginning in the forests of the Congo Basin in the early 2000s. Since then, we have grown our reach to over 20 countries on the continent and expanded from forests to address additional pressing issues.

Across African countries, environmental governance is weak, and there is not enough up-to-date environmental and socioeconomic data available to sufficiently influence the decisions that will shape the future. Focusing on the links between environment and development, WRI is bringing unparalleled access to independent, integrated data that seeks to inform, enable and mobilize governments, businesses and communities across the continent to make more sustainable choices.

With the recent opening of WRI’s regional office for Africa in Addis Ababa, Ethiopia, we are seeking to connect our disparate projects across the continent. We will focus on creating impact at scale, meaning we’ll concentrate our efforts geographically and thematically and partner with pan-African and regional institutions like the African Union and the U.N. Economic Commission for Africa to strengthen our impact. Currently, the bulk of WRI Africa’s work falls under the themes of forests, water and cities; over time, we plan to expand work in other fields that will help determine Africa’s future, such as food security, clean energy access and climate change resilience.

Forests

WRI’s forest work in Africa seeks to accomplish two main goals: protecting the continent’s valuable rainforest and restoring degraded land across the continent.

Protecting Central and West Africa’s essential rainforests

Africa’s forests play a critical role in fighting global climate change, shelter rare species and act as a lifeline for millions of people.

WRI’s engagement with governments to create free, online Forest Atlases has brought unprecedented transparency to Central Africa, where our maps adorn the walls of forest management offices from capital cities to provincial outposts. Leveraging Global Forest Watch’s powerful forest change data, today the Forest Atlases inform law enforcement, land-use decisions and forest monitoring across the region, as well as in Liberia and Madagascar.

We are also driving forward new policies to improve both forest management and human well-being. In the Democratic Republic of Congo (DRC), WRI played a pivotal role in establishing community forestry legislation and supporting its implementation. Over 50 community forests now exist, marking the first time that communities in DRC can secure long-term management rights to their customary lands. In the Republic of Congo, WRI’s mapping and analysis is spurring action to address land-use conflict at the highest levels of government.

In addition, because the Congo Basin is thought to be a large source of illegal timber globally, WRI’s Forest Legality Initiative is working in the region to combat illegal logging.

Restoring Africa’s degraded lands

About 65 percent of Africa’s land is affected by degradation, and an additional 6 million hectares of productive land is lost to degradation every year. This loss does direct damage to the continent’s economy; land degradation costs African countries about $65 million each year. Restoring degraded lands doesn’t just make economic sense, it’s crucial to create a food and water-secure, climate-resilient Africa, to sustain lives and livelihoods for a growing population and to help rein in growing emissions.

In 2015, WRI approached the African Union with a proposal to create the African Forest Landscape Restoration Initiative (AFR100), a country-led effort to restore 100 million hectares of deforested and degraded landscapes across Africa by 2030. As of April 2019, 28 countries have committed to restore 113 million hectares of degraded land. The AFR100 network of 27 technical partners and 12 financial partners is supporting the countries’ efforts to deliver on those commitments.

AFR100 is now at a tipping point, with countries poised to translate pledges and early successes into coordinated, large-scale restoration on the ground. WRI is helping the “frontrunner” countries likely to be the first to implement their restoration commitments develop sub-national action plans, share knowledge on what’s working, access funding and monitor progress.

As the Secretariat of the Global Restoration Council, WRI also mobilizes restoration champions including Co-Chair and WRI Senior Advisor Wanjira Mathai to translate countries’ political commitment into supportive policies with adequate funding and engagement across relevant government sectors.

Water

Of all the impacts that climate change is expected to have on the continent, its effect on freshwater resources will be among the most damaging.

Climate change is already altering the timing and reliability of rains and water supply and increasing the severity of drought events in African countries. Combined with other threats to freshwater availability, including rapid population growth, economic expansion, severe ecosystem degradation and poor wastewater management, the impacts of climate change on water resources will be devastating in many African countries. Up to 250 million Africans are expected to live in areas of high water stress by 2030 — a situation that threatens to upend agriculture and rural livelihoods, increase food insecurity, undermine public health and drive conflict and migration.

Solving this problem is urgent, but it can also bring about positive change. African leaders have recognized the development opportunity inherent in securing water resources, as investment in climate resilience can spur equitable economic growth. However, the continent’s technical capacity and financial resources currently do not reflect this urgency. WRI aims to help fill this major gap by: improving the ability of governments to measure, map and monitor water risks through research, data platforms, tools and trainings; supporting projects that fight multiple challenges at once, such as water, food and energy supply; and developing reliable solutions to alleviate water stress.

Currently, WRI’s water work in Africa is focused on Ethiopia. With projected steep increases in demand for water across economic sectors (such as agriculture, energy, manufacturing and cities) and increasing variability in rainfall due to climate change, demand will outstrip supply in certain areas, and vulnerability to drought shocks will increase.

Upon request from the country’s Ministry of Water, Irrigation and Electricity (MoWIE), WRI Africa and the WRI Global Water team are working to improve the information available on the country’s water resources and water-related climate risks. This will help Ethiopia identify water-related constraints to the country’s economic transformation, as well as strategies to address these risks. In partnership with MoWIE, we are now developing a water risk model using this new data.

Cities

By 2030, half of all Africans will likely live in cities. Over the next decade, WRI will work with partners to support an alternative path toward thriving, dynamic and resilient cities in Africa.

WRI’s cities-related work in Africa began with a road safety initiative in Addis Ababa, Ethiopia; it is now expanding across the continent.

To encourage safe, sustainable transportation options, WRI is providing Addis Ababa with technical support on issues including speed management, safe pedestrian and cycling routes, “car-free days” and public transit operations. WRI is helping Addis develop a digital map of its public transport — the first of its kind. We are also working at the federal level to engage Ethiopia’s secondary cities on issues of improved road safety and mobility; the mobility plan for the city of Dire Dawa is already underway.

Elsewhere on the continent, WRI is helping to map Africa’s transportation networks, and to develop guides for designing speed limit zonesand regulating informal minibus systems known as “paratransit”. The organization has also developed mobility profiles of 12 cities in six countries (Uganda, Nigeria, South Africa, Ethiopia, Kenya and Ghana).

WRI is a member of several coalitions dedicated to fostering urban development that will ensure a more promising future for city residents worldwide, including in African countries.

Through the Global Platform for Sustainable Cities, WRI provides capacity-building and trainings to the 28 participating cites through peer exchange and remote learning opportunities. This includes five African cities: Johannesburg (South Africa); Diamniadio, Dakar and Saint-Louis (Senegal); and Abidjan (Cote d’Ivoire).

The Building Efficiency Accelerator — a public-private collaboration dedicated to advancing government policies on building efficiency — is currently partnering with six African cities in Kenya, South Africa and Ghana. Working with local partners ICLEI Africa, the Kenya Green Building Society and the South African Green Building Council, the group aims to recruit more cities in the region.

Addis Ababa is a founding member of the Cities4Forests coalition, established in 2018. WRI is providing Addis with technical support to develop an action plan for the next three years, including financing communication tools and database development.

L’Afrique se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Ses économies sont en expansion, mais la majorité des 54 pays du continent n’ont pas encore réalisé la pleine transformation économique et urbaine. Cette situation donne à l’Afrique un potentiel énorme à se développer d’une manière différente des autres continents, en suivant un modèle plus durable.

Malgré les améliorations de la qualité de la vie enregistrées au cours des deux dernières décennies, presque 60 pour cent des Africains manquent d’éléments essentiels du développement humain, tels que l’alimentation adéquate, l’électricité ou l’éducation. En même temps, le continent fait face à des défis inédits. Les effets du changement climatique, tels que les inondations et périodes de sécheresse plus fréquentes, mettent en péril des années de progrès difficilement obtenus. L’afflux des populations vers les villes crée des mégapoles qui grandissent de façon rapide et chaotique, une croissance souvent alimentée par les combustibles fossiles. Et les écosystèmes dont 70 pour cent des Africains tirent leurs moyens de subsistance sont menacés comme jamais auparavant.

Le rythme de croissance de la population africaine, qui devrait doubler d’ici 2050 pour atteindre environ 2,5 milliards de personnes, rend impérative la croissance économique durable. Mais un tel développement va nécessiter beaucoup de changements.

À l’heure actuelle, les pays africains sont souvent mal équipés pour gérer toutes les transitions qui vont accompagner leur croissance.

Notre manière de travailler

Depuis le début des années 2000 dans les forêts du Bassin du Congo, le travail de WRI en Afrique, avec et pour elle, constitue un élément essentiel de la mission de l’Institut. Le renforcement continu de cet engagement se traduit par une présence aujourd’hui dans plus de 20 pays du continent, avec des programmes qui concernent non seulement les forêts, mais également d’autres thématiques urgentes.

D’une manière générale, la gouvernance environnementale est faible en Afrique. Les pays n’ont pas suffisamment accès à de données actualisées pour que celles-ci pèsent de façon déterminante dans la prise de décisions. C’est ainsi que WRI se concentre sur les liens entre l’environnement et le développement, fournissant un accès sans précédent à des données indépendantes et intégrées pour informer et mobiliser les gouvernements, entreprises et communautés du continent afin qu’ils puissent prendre des décisions plus durables.

L’ouverture de notre bureau régional pour l’Afrique à Addis-Abeba (Éthiopie) témoigne de notre volonté de relier nos divers projets sur le continent. Nous mettrons l’accent sur la création d’impacts à grande échelle en ciblant nos efforts de manière géographique et thématique et en travaillant en partenariat avec des institutions panafricaines et régionales telles que l’Union Africaine et la Commission Économique pour l’Afrique de l’ONU en vue de renforcer notre impact. La majeure partie des programmes actuels de WRI en Afrique se regroupent en trois thèmes : les forêts, l’eau et les villes. Avec le temps, nous espérons élargir notre champ d’action pour couvrir d’autres domaines déterminants pour l’avenir de l’Afrique, tels que la sécurité alimentaire, l’accès aux énergies propres et la résilience aux changements climatiques.

Forêts

Le travail de WRI dans le secteur forestier en Afrique est basé sur deux grands objectifs : 1) la protection de la ressource précieuse que constitue la forêt tropicale et 2) la réhabilitation des terres dégradées.

Protection des forêts tropicales essentielles d’Afrique centrale et de l’Ouest

Les forêts africaines jouent un rôle primordial dans la lutte planétaire contre le changement climatique, abritent des espèces rares et sont indispensables à la subsistance de millions de personnes.

La collaboration de WRI avec les gouvernements a permis de créer des Atlas Forestiers, disponibles en ligne et gratuits d’accès, qui ont apporté une transparence sans précédent à la gestion des forêts du Bassin du Congo. Dans cette région, nos cartes sont disponibles dans tous les bureaux de l’administration forestière nationale, provinciale et même dans les zones les plus reculées. Grâce aux données de qualité de Global Forest Watch en matière du suivi du couvert forestier, les Atlas Forestiers facilitent aujourd’hui l’application des lois, la prise de décisions en ce qui concerne l’affectation des terres et la surveillance des forêts dans toute l’Afrique centrale, ainsi qu’au Liberia et au Madagascar.

Nous plaidons également en faveur de politiques qui amélioreront à la fois la gestion forestière et le bien-être humain. En République Démocratique du Congo (RDC), WRI a joué un rôle clé dans l’adoption et la mise en œuvre des lois en matière de foresterie communautaire qui, pour la première fois, permettent aux communautés d’obtenir des droits de gestion à long terme de leurs terres coutumières. Il y a aujourd’hui plus de 50 concessions forestières des communautés locales en RDC. En République du Congo, la cartographie et l’analyse de WRI stimulent des actions pour régler des conflits en matière d’affectation des terres au plus haut niveau du gouvernement.

En outre, étant donné que le Bassin du Congo constitue une source importante de bois illégal au niveau mondial, la Forest Legality Initiative de WRI lutte contre l’exploitation forestière illicite dans la région.

Réhabilitation des terres dégradées

Environ 65 pour cent des terres africaines sont affectées par la dégradation, et 6 millions d’hectares supplémentaires de terres productives sont perdus à la dégradation chaque année. Cette perte fait des ravages dans l’économie du continent; tous les ans, la dégradation des terres coûte environ 65 millions de dollars aux pays africains. La réhabilitation des terres dégradées non seulement se justifie sur le plan économique, mais elle sera indispensable à la création d’une Afrique résiliente aux changements climatiques et capable d’assurer sa propre sécurité alimentaire et en eau potable, de protéger les moyens de subsistance de sa population croissante et de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

En 2015, WRI a proposé à l’Union Africaine la création de l’Initiative de Restauration des Paysages Forestiers Africains (African Forest Landscape Restoration Initiative, ou AFR100), un effort mené par les pays qui vise à restaurer 100 millions d’hectares de paysages déboisés et dégradés en Afrique d’ici 2030. En avril 2019, 28 pays s’étaient engagés à réhabiliter 113 millions d’hectares de terres dégradées. Le réseau AFR100, auquel adhèrent 27 partenaires techniques et 12 partenaires financiers, appuie les efforts des pays de concrétiser leurs engagements.

AFR100 se trouve maintenant à un point de bascule où les pays s’apprêtent à transformer leurs engagements et premières réussites en un effort coordonné et à grande échelle de restauration sur le terrain. WRI aide ces pays « éclaireurs », susceptibles d’être les premiers à mettre en œuvre leurs engagements en matière de restauration, à élaborer des plans d’action infranationaux, à partager les connaissances sur ce qui marche, à accéder aux financements et à suivre les progrès.

En tant que secrétariat du Conseil Mondial de Restauration, WRI mobilise également les champions de la restauration, tels que la Coprésidente et Conseillère Principale de WRI Wanjira Mathai, afin de traduire les engagements politiques des pays en politiques favorables dotées de financement et de soutien adéquats provenant de tous les secteurs gouvernementaux concernés.

Eau

De tous les impacts prévus du changement climatique sur le continent, ceux qui touchent aux ressources en eau douce seront parmi les plus destructeurs.

Les changements climatiques modifient déjà la fréquence et la fiabilité des pluies, diminuent le volume des approvisionnements en eau et aggravent les périodes de sécheresse dans les pays africains. Ajoutés aux autres menaces à la disponibilité d’eau douce, telles que la croissance démographique galopante, la croissance économique, la dégradation sévère des écosystèmes et la mauvaise gestion des eaux usées, les impacts du changement climatique risquent d’être dévastateurs dans de nombreux pays africains. Selon les estimations, en 2030 jusqu’à 250 millions d’Africains vivront dans des zones de hauts stress hydriques, une situation qui menace de bouleverser l’agriculture et les moyens de subsistance ruraux, aggraver l’insécurité alimentaire, miner la santé publique et stimuler les conflits et la migration.

Si sa résolution est urgente, ce problème peut également inspirer des changements positifs. Les dirigeants africains ont reconnu l’opportunité économique que constitue la sécurisation des ressources en eau, puisque les investissements dans la résilience aux changements climatiques peuvent stimuler la croissance économique équitable. Toutefois, les capacités techniques et ressources financières du continent ne sont pas encore à la hauteur de cette urgence. WRI vise à combler cette lacune majeure en renforçant les capacités des gouvernements de mesurer, cartographier et suivre les risques liés à l’eau grâce à la recherche, aux plateformes de données et aux outils et formations ; en appuyant des projets qui répondent à plusieurs défis à la fois, tels que l’approvisionnement en eau, alimentation et énergie ; et en élaborant des solutions fiables au stress hydrique.

En Afrique, le travail de WRI en matière d’eau se concentre sur l’Éthiopie. La forte augmentation prévue de la demande en eau de la part de tous les secteurs économiques (tels que l’agriculture, l’énergie, les usines de fabrication et les villes) et la variabilité accrue des précipitations suite aux changements climatiques feront que la demande dépasse l’offre dans certaines régions et que la vulnérabilité aux chocs provoqués par la sécheresse s’aggrave.

Sur demande du Ministère éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’électricité, WRI Afrique et notre équipe Eau Mondiale améliorent les informations disponibles sur les ressources en eau du pays et sur ses risques climatiques liés à l’eau. Ce travail permettra à l’Éthiopie d’identifier les contraintes liées à l’eau qui risquent de freiner sa transformation économique, ainsi que des stratégies pour faire face à ces risques. En partenariat avec le ministère, nous sommes en train d’élaborer un modèle de risques hydriques qui utilise ces nouvelles données.

Villes

En 2030, il est probable que la moitié des Africains vivront dans les villes. Au cours de la prochaine décennie, WRI travaillera avec ses partenaires en faveur d’une voie alternative permettant de créer des villes africaines prospères, dynamiques et résilientes.

Le travail de WRI sur les villes africaines a commencé par une initiative de sécurité routière à Addis-Abeba. Il est maintenant en pleine expansion sur tout le continent.

Afin d’encourager le développement de solutions de transport durables et sûres, WRI fournit à Addis-Abeba le soutien sur des questions telles que le contrôle de la vitesse, les voies piétonnes et cyclables sûres, les journées sans voiture et les options de transport en commun. WRI appuie Addis-Abeba dans l’élaboration d’une carte numérique de ses transports en commun, la première du genre. Nous travaillons également au niveau fédéral pour aider les villes secondaires à renforcer la sécurité routière et la mobilité ; l’élaboration d’un plan de mobilité pour la ville de Dire Dawa est déjà en cours.

Ailleurs sur le continent, WRI facilite la cartographie des réseaux de transport africains, ainsi que l’élaboration des manuels à la conception des zones de limites de vitesse et à la régulation des systèmes de minibus informels qu’on appelle le "paratransit". Nous avons élaboré des profils de mobilité pour 12 villes dans 6 pays (l’Ouganda, le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, le Kenya et le Ghana).

WRI est membre de plusieurs coalitions qui plaident en faveur de stratégies de développement urbain qui assurent un avenir plus prometteur pour les habitants des villes du monde entier, y compris celles de l’Afrique.

À travers la Plateforme Mondiale pour les Villes Durables, WRI fournit du renforcement des capacités et des formations aux 28 villes membres, par le biais d’échanges entre pairs et de solutions d’apprentissage à distance. Parmi les membres de la plateforme figurent 5 villes africaines: Johannesburg (Afrique du Sud) ; Diamniadio, Dakar et Saint-Louis (Sénégal) et Abidjan (Côte d’Ivoire).

L’Accélérateur de l’Efficience des Bâtiments — une collaboration publique-privée consacrée à la promotion de politiques gouvernementales favorisant l’efficacité énergétique des bâtiments — travaille actuellement en partenariat avec 6 villes africaines au Kenya, en Afrique du Sud et au Ghana. En partenariat avec ses partenaires locaux (ICLEI Africa, la Kenya Green Building Society et le South African Green Building Council), le groupe s’efforce de recruter davantage de pays dans la région.

Addis-Abeba est membre fondateur de la coalition Cities4Forests, créée en 2018. WRI fournit à Addis-Abeba du soutien technique en vue de l’élaboration d’un plan d’action pour les trois prochaines années. Ce soutien comprend des outils de communication financière et l’élaboration d’une base de données.


CARPE Stories

WRI is an implementing partner of USAID's Central Africa Regional Program for the Environment (CARPE).

Stay Connected