Help WRI turn ideas into action all over the world.

You are here

New Interactive Atlas Will Help Democratic Republic of Congo Manage Forests

The government and people of the Democratic Republic of Congo can now track and monitor forests and logging concessions in the world's second largest rain forest.

En Français

In January, WRI and the Democratic Republic of Congo’s (DRC) Ministry of Environment, Nature Conservation, and Tourism (MECN-T) launched the first-ever DRC Interactive Forest Atlas - a unique GIS-based mapping and information system designed to shed light on the country’s logging activities.

Covering two-thirds of the country’s territory, the forests of the DRC are home to a wealth of biodiversity and serve as one of the planet’s major terrestrial carbon sinks. In addition to supplying valuable wood products on the international market, the DRC’s forests support the livelihoods of tens of millions of Congolese citizens. Historically, the DRC has experienced low levels of industrial deforestation, primarily due to the high cost of transporting forest resources out of the country and decades of warfare. However, with peace and relative political stability returning to the region, local and international eyes have turned to the wealth of forest resources available within the DRC’s borders.

Buoyed by a rebound in international demand for wood products, particularly from Asian markets, industrial logging activities are again expanding across the DRC and the greater Congo Basin. Infrastructure improvements designed to increase rural accessibility and economic integration have accelerated forest degradation in even the most remote areas of the DRC. Access roads for extractive purposes and tracts cleared for local agricultural activities have fragmented large parts of the forest canopy, and significant charcoal demand from the urban centers, combined with a growing subsistence agrarian population, have made smallholder land a primary threat for forest degradation.

These factors, combined with increasing demand for forest conversion to industrial plantations for palm oil and other products, means that the integrity of the DRC’s forests hangs in a critical balance.

Recognizing the important role of – and demands on – its forest ecosystems, the DRC has partnered with the international community to improve forest sector governance and management. In 2002, the government enacted a new Forest Code that mandated a broad list of environmental, management and social requirements that would now apply to all logging operation titles in the DRC. In 2005, the DRC launched a multi-stakeholder forest title conversion process, or legal review, designed to evaluate the compliance of existing logging titles (allocated under the previous regulatory framework), in view of converting those “compliant” titles into new forest concessions, in line with the new Forest Code. Monitored by WRI, national NGOs and other international actors, this conversion process culminated in the cancellation of 91 out of the 156 titles submitted for conversion1. The process was carried out with an unprecedented degree of transparency and broad multi-stakeholder participation in the DRC’s forest sector.

[img_assist|nid=11960|title=La République Démocratique du Congo: Portrait extensif de l’affectation du Domaine Forestier de l’État|desc=This map from the Interactive Forest Atlas shows where forest concessions, protected areas, and geographic features are located throughout the DRC. |link=node|align=center|width=600|height=460]

Despite these advances, the DRC government still faces a myriad of challenges in developing a comprehensive forest management and zoning process, as well as in the day-to-day monitoring of its forest-based activities such as logging, mining and agriculture. Among the principle obstacles is the lack of sufficient and accessible forest information, in combination with limited technical forest management capacity at national and local levels.

To begin to fill this gap, MECN-T partnered with WRI in 2006 to develop the Interactive Forest Atlas. Produced with support from USAID, the Atlas is freely and publicly available to any party working or interested in the DRC’s forest sector – affirming the governmnet’s new commitment to transparent resource management.

<p>Stephen Haykin, two representatives from the Ministry of Environment, Nature Conservation, and Tourism, and Pierre Methot at the Atlas launch in Kinshasa.</p>

Stephen Haykin, two representatives from the Ministry of Environment, Nature Conservation, and Tourism, and Pierre Methot at the Atlas launch in Kinshasa.

Using a combination of GIS-based interactive maps and data sets, the Atlas and accompanying report provide an accurate presentation of activities occurring within the DRC forest sector. More specifically, the Interactive Forest Atlas begins to meet the needs of both the Congolese administration and non-governmental actors by integrating forest sector information into one, user-friendly, publicly available resource. As a “one stop shop” on logging activities, logging operator information, concession boundaries, and protected areas, the Atlas serves as a vehicle to help all stakeholders – from government ministries and private operators to NGOs and local communities – enforce regulations and defend their rights.

Future versions will expand upon the 2009 data included in this premier version. Through these updates, as well as continuous training of government, civil society, and private actors on how to use the Atlas to address their needs, WRI and MECN-T aim to ensure that the DRC economy develops on a sustainable track – for the benefit of the country’s fragile forests and the livelihoods dependent upon them.

The DRC Interactive Atlas is part of WRI's suite of country-specific Atlases in the Congo Basin. WRI, through support from USAID’s CARPE program and in cooperation with local ministries and organizations, has produced and continues to update Atlases in the following countries:


Un atlas interactif aidera la République Démocratique du Congo à mieux gérer ses forêts

Le gouvernement et la population de la République Démocratique du Congo peuvent désormais suivre et surveiller les forêts et les concessions d'exploitation forestière de la deuxième forêt tropicale du monde.

Ce mois-ci, WRI et le Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et du Tourisme (MECN-T) de la République Démocratique du Congo (RDC) ont lancé le premier Atlas Interactif Forestier de la RDC– un système d'information basé sur le SIG (Système d’Information Géographique) et la cartographie qui vise à mettre en lumière les activités d’exploitation forestière du pays.

Couvrant les deux tiers du territoire du pays, les forêts de la RDC abritent une forte richesse en terme de biodiversité et possèdent l’une des plus forte réserve de puits de carbone de la planète. En plus de fournir des produits de bois précieux sur le marché international, les forêts de la RDC apportent les moyens de subsistance de dizaines de millions de citoyens congolais. Historiquement, le pays a connu de faibles taux de déforestation industrielle, causé par le coût élevé du transport des ressources forestières en dehors du pays et des décennies de guerre. Cependant, avec la paix et une stabilité politique relative retrouvées dans la région, des regards locaux et internationaux se sont portés vers les ressources forestières disponibles au sein des frontières de la RDC.

Porté par un rebond de la demande internationale de bois de production, en particulier des marchés asiatiques, les activités industrielles d'exploitation forestière sont maintenant en expansion à travers la RDC et le bassin du Congo. L'amélioration des infrastructures destinée à accroître l'accessibilité en milieu rural et l'intégration économique ont accéléré la dégradation des forêts, même dans les zones les plus reculées de la RDC. Les routes d'accès à des fins d'extraction et pour les activités agricoles locales ont fragmenté une grande partie du couvert forestier. De plus, une grande demande de charbon de bois provenant des centres urbains, combinée avec une population de subsistance de plus en plus agraires, ont fait des petits exploitants agricoles la principale menace pour la dégradation forestière.

Ces facteurs, combinés à une demande croissante pour la conversion des forêts en plantations industrielles de palmiers à huile et autres produits, signifie que l'intégrité des forêts de la RDC est menacé.

Reconnaissant le rôle important des écosystèmes forestiers et les menaces auxquelles ces derniers sont confrontés, la RDC a conclu un partenariat avec la communauté internationale pour améliorer la gouvernance et la gestion dans le secteur forestier. En 2002, le gouvernement a adopté un nouveau Code forestier, duquel a émané une liste étendue d’exigences environnementales et sociales qui s'appliquent désormais à tous les titres d’exploitation forestière du pays. En 2005, la RDC a lancé un processus de conversion des titres forestiers, ou un examen juridique, qui visait à évaluer la conformité des titres d'exploitation forestière existants (attribué en vertu de l'ancien cadre réglementaire), en vue de la conversion des titres « conforme » aux nouvelles concessions forestières, découlant du nouveau Code forestier. Surveillé par WRI, les ONG nationales et d'autres acteurs internationaux, ce processus de conversion a annulé 91 titres sur les 156 titres soumis à conversion. Le processus a été réalisé avec un degré de transparence sans précédent avec une large participation de multiples parties prenantes du secteur forestier.

Malgré ces progrès, le gouvernement est toujours confronté à une myriade de défis pour le développement d'une gestion forestière globale et d’un processus de zonage, ainsi que dans le suivi au jour le jour de ses activités forestières, telles que l'exploitation forestière et minière et l'agriculture. Parmi les principaux obstacles, se trouvent le manque d’information et l’accessibilité des massifs forestiers, en combinaison avec une capacité limitée de la gestion technique forestière au niveau national et local.

Pour commencer à combler cette lacune, le MECN-T a lancé un partenariat avec WRI en 2006 pour développer l’Atlas Interactif Forestier. Cet Atlas, réalisé avec le soutien de USAID, est disponible librement et publiquement à toutes les parties prenantes du secteur forestier de la RDC – ce qui confirme l'engagement du nouveau gouvernement congolais quant à la gestion transparente de ses ressources.

Par l’utilisation de données de provenances diverses et combinées à un SIG, l'Atlas et le rapport d'accompagnement donnent une présentation exacte des activités qui se déroulent au sein du secteur forestier en RDC. Plus précisément, l'Atlas interactif commence à répondre aux besoins de l'administration congolaise et des acteurs non-gouvernementaux en intégrant l'information du secteur forestier dans une seule ressource conviviale et accessible au public. Comme un "guichet unique" sur les activités d'exploitation forestière, l’information sur les opérateurs forestiers, les limites des concessions, et les aires protégées, l'Atlas est un véhicule pour aider toutes les parties prenantes - des ministères et des opérateurs privés aux ONG et communautés locales – à faire respecter les règlements et défendre leurs droits.

Les futures versions élargiront les données de 2009 inclus dans cette première version. Grâce à ces mises à jour, ainsi que la formation continue du gouvernement, la société civile, et les acteurs publics et privés sur l'utilisation de l'Atlas pour répondre à leurs besoins, le WRI et MECN-T visent à veiller à ce que l'économie de la RDC se développe sur une trajectoire durable - pour les bénéfices des forêts fragiles du pays ainsi que pour les citoyens qui en dépendent pour leur survie.

L’Atlas interactif de la RDC fait partie d’une collection d’Atlas spécifiques aux pays du Bassin du Congo. WRI, grâce au soutien du programme d’USAID CARPE et en coopération avec les ministères et organisations locales, a produit et continue de mettre à jour des atlas dans les pays suivants :


  1. 16 titles were appealed since the date of this publication and the DRC government is in the process of deeming a number of them “legal” forest concessions 

Stay Connected

Sign up for our newsletters

Get our latest commentary, upcoming events, publications, maps and data. Sign up for the weekly WRI Digest.